<L'Est


AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Voir les messages sans réponses
 

L'Est

 
Derniers Messages

Pas de nouveaux messages

CENTRE GEORGE POMPIDOU ❥ Dans le flot des énergumènes les justiciers de labours traînent leurs pleurs, ils galopent dans Paris, ils fuient dans la stèle sournoise de la marée humain, oui, là, à Chatelet, où les corps s’enchâssent, où les coups de coudes se fondent dans les coups de pieds. On voit les boutiques de vêtements jumelées aux chaînes alimentaires grasses enrobées de calories obscènes. On voit les forums en dessous ensemencé des flux de métros vomissant les patients par les portes sonores qui, à la volée disparaissent dans un autre cube, dans une autre gare. Et, plus loin, aux cieux éclatant les tubes construits d’un immense stade d’art contemporain le voilà George où les foules s’attardent à la fontaine de Nicky de Saint Phalle, les voilà les œuvres bondissantes où la philosophie de l’art s’allie aux psaumes des traditions.

0 Sujets 0 Messages

Pas de nouveaux messages

LE PERE LACHAISE ❥ Ô Baudelaire dans ton tombeau d’éprouvé te trouves-tu reposant de ton sommeil lunaire dans le cercueil des errants, dans le cimetière de Lachaise, à Paris cette ville lumière ? Lachaise fait rêver des enseignes de meubles peut-être où la langue éjacule des lettres transparentes ; Lachaise, cependant, comme cimetière terrible où les défunts s’incombent de tristesse, où les vivants visitent le profil baissé à la terre des ancêtres leur aïeuls parties vers l’Hades, le Paradis, l’Enfer, le néant, où les enfants ténèbres de leur innocence questionnent les adultes sur le sens de la mort. Aucun trésor dans ce lieu de misère tintant les présages qu’un jour, un jour, nous serons parmi eux, nous les vivants de chairs fragiles, nous les décédés de chairs flétries.

0 Sujets 0 Messages

Pas de nouveaux messages

BERCY VILLAGE ❥ Redoutable énergie que l’étoile suprême partage aux échoués de la terre, leurs sons retentis comme le boomerang des supplices quelques fois, dans les rares moments de solitude agonie. Les restaurants Italiens, Japonais, Français, Américains vendent des gâteries, des tables à plusieurs, l’allée distribue des pas de géants, de marquises, d’adolescents colériques, excités par la sortie. Le cinéma par des marches descendantes héberge également une profusion de sucreries pour apprécier plus avant l’œuvre de regard à l’aube des enfermements. Une fnac vend des bibelots immortels, des pages de délices où courent les stries de mots sur les papyrus abusés, des CDs aux jolies paroles insensées, des films pour baisser le portefeuille déjà dégarni. Un parc de colombe où l’eau cristalline dans des jarres coulent le long des parcelles d’herbes et de colonnades, de marguerites et de lilas, le parc des Parques dans le satin de l’ivoire.

0 Sujets 0 Messages

Pas de nouveaux messages

OPERA BASTILLE ❥ Entends-tu terrien les hymnes de beautés dans ces pièces de gloire où, le soir offert aux rideaux de velours de Nyx qui se ferment au bonheur des témoins, projette des algarades de pureté somptueuses. Des chants ailés recouvrent la surface du globe illusions méditée sur les murs immaculés savamment déguisés, les sièges bondés d’avoir trouvé leur place chère pour l’opéra de ce soir, habillés par les couturiers prisés des grandes gens… enfin les coups, de tonnerre, retentissent dans l’univers de la clémence, les chanteuses, les danseuses, les enfants également demis-stars de leur domaine commencent à raconter les sombres histoires, les tragiques vies de personnages antiques sur la scène mirobolante de l’Opéra de Bastille. Dehors les muses psalmodient dans leurs voiles de satin des litanies d’inspiration, sur les marches infinies de l’écarlate somptuosité.

0 Sujets 0 Messages

Pas de nouveaux messages

PLACE DES VOSGES ❥ D’un carré de soie entoure le jardin entrecoupé de formes généreuses perfectives de grâce que, le supposons-nous, les jardiniers choient de leur bâton étranger, les gens y pénètrent alourdis par la richesse du lieu, de l’envie ; l’histoire fabuleuse régnant entre ces terres de feu. Les galeries d’art attirent la principauté d’orgueil tandis que les sages peintures de couleurs chatoyantes égarent les meurtrières ébahies. Cette forme n’est, sans rappeler la richesse divine des génies mais, également les bourgeois parisiens s’installant près de leur fenêtre pour heurter de leur vue les pauvres ouvrier se tenant timidement dans cette sphère spirituelle, alors, un rictus immobile se déchire sur les lèvres gercés des mécréants autoritaires. La place des Vosges n’appartient au soleil que les algues appartiennent aux marins.

0 Sujets 0 Messages

Pas de nouveaux messages

LE MARAIS ❥ Sonne les cristaux de présence sur les langues enrobées de miel, dans ce quartier où le soleil éclaire les étals, les toits, les friperies de vêtements originaux les femmes accrochées à leur cellulaire passent lançant un sourire narquois au territoire des anges. Les rues propres de commérages subissent les piétinages des pressés que le goudron contient : des talons hauts, des claquements de basket sur le bitume humide de crasse quand les groupes de garçons observent de légendes incessantes les filles d’une jupe érotiquement frottée à leur cuisses invitation éternelle de l’envie brusque, bestial des garnements. Marais dispose d’immeubles grandioses, de boutiques fragmentaires, d’échoppes où le nectar embrasé dans le gosier embrasse l’âme reposée.

0 Sujets 0 Messages

Pas de nouveaux messages

CIRQUE D'HIVER ❥ Le bruit des clowns cascade le long des murs décorés d’or sur la joie des visages des enfants s’accrochant à leur mère. Ici ils viennent éclatant de rêve, s’assoient épanouis de fierté d’assister au spectacle du cirque d’hiver. Créatures fabuleuses que ces éleveurs de lions, de panthères, d’éléphants lorsqu’ils tonnent sur les devants de l’arène. Les petits s’écrient des « un jour je serais moi aussi comme ça », des songes plein la tête tourbillonnant de l’esclandre admiré des bas-âges innocents. Ils goûtent des enfantillages ensorcelés de bonheur mirifique qu’un temps plus de temps dans cette bâtisse charmante. On y proclame des vendeuses de sucreries tenant leur panier contre leur ventre rebondi, proposant aux fillettes, aux garçonnets des exquises nourritures palpitant sur leur langue rosées tandis que l’algarade continu.

0 Sujets 0 Messages

Pas de nouveaux messages

THÉÂTRE DE LA COLLINE ❥ Quel doux nom que la colline imaginant des rubéoles garnies de fées et de bois sous les peupliers ardents les vagabonds déchirent les papiers usagées, ainsi le voyait-on… mais à Paris la Colline héberge un théâtre antique de pièce contemporaines où les doux acteurs prononcent leur texte dans des décors lointains, Antigone, Maison de Poupée, des éjectés sur les précipices de la scène. Le public s’installe attendant leur dut pour leur contribution poissonneuse d’argent, de billet verdâtre où le chiffre inscrit indique la valeur de l’art. Il n’y a pas de rideau ; moderne le lieu piège des litanies soupirantes quand le voile exagère, les acteurs triomphent d’épopées rugissantes, les mains battent en cadence le rythme harmonieux du plaisir d’avoir vécu l’autre de leur vie.

0 Sujets 0 Messages
 Sujets  Réponses  Auteur  Vues  Derniers Messages 
Aucun message.
 Revenir en haut 
Utilisateurs parcourant actuellement ce forum: Aucun
Modérateurs:Aucun
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: